Keystone-ATS se réinvente
15.11.2018 | Keystone-ATS

Keystone-ATS se réinvente

Après un printemps turbulent, l’agence de presse suisse Keystone-ATS se repositionne. Depuis quatre mois, le Zurichois de 41 ans Philip Hofmann est le nouveau chef des ventes. Hofmann, qui se qualifie lui-même d’«enfants des médias», a travaillé auparavant pour Goldbach Medien, TV3 et Belcom AG. Il était dernièrement employé chez «Hofmann und Partner», la société de son père. Hofmann présente ses visions et ses projets à la revue professionelle «persönlich».


Keystone-ATS / Pascal Bloch
Keystone-ATS / Pascal Bloch

 

 

Monsieur Hofmann, vous occupez la fonction de chef des ventes chez Keystone-ATS depuis quatre mois maintenant. En avez-vous déjà assez?

 

Loin de là! Comme on dit si bien: ce n’est pas le départ qui est récompensé, seulement la persévérance. Chaque jour est passionnant et différent. Et surtout, je vois du pays en rendant visite à nos rédactions et à nos clients. Je redécouvre la Suisse. J’ai mangé le meilleur hamburger de ma vie dans un petit restaurant près de Macolin. Et il ne faut surtout pas sous-estimer le restaurant Migros qui se trouve sur l’aire d’autoroute de Kölliken! Trêve de plaisanterie: je savais ce qui m’attendait et je n’ai pas regretté une seule seconde d’avoir accepté ce poste. Malgré des conditions difficiles, mon équipe est motivée. Nous réussirons.

 

Quelles sont vos premières impressions de cette agence de presse qui vient de fusionner?

 

Nous avons beaucoup de travail en perspective, nous devons fournir un important travail d’information, tant en interne qu’en externe. Nous devons expliquer ce que nous faisons au service des ventes, pourquoi nous le faisons d’une certaine manière et pas d’une autre. Certains départements étaient quelque peu léthargiques. 

 

Nous devons nous adapter à la nouvelle situation du secteur moderne des médias. La rapidité est presque encore plus importante que la qualité, le prix est un critère essentiel pour nos clients, que cela nous plaise ou non. Nous devons placer nos clients davantage au centre de nos préoccupations et créer des processus modernes. Mais nous progressons rapidement. Nous avons également deux cultures d’entreprise différentes qu’il nous faut harmoniser sans toutefois perdre les caractéristiques positives des deux anciennes entreprises. Cela demande de la patience, du temps, mais aussi de l’énergie.

 

Y a-t-il eu des succès dont vous pouvez nous parler?

 

Il y en a déjà eu de nombreux. Nous étendons constamment notre activité chez les clients commerciaux. Nous travaillons avec des entreprises importantes, telles que Swiss, Swisscom et les CFF. Nous sommes également fortement ancrés dans le domaine du sport. Nous travaillons avec les principales associations sportives et sommes partenaire de tous les événements importants. Keystone-ATS est pour ainsi dire toujours de la fête. Les entreprises de médias nous perçoivent uniquement comme un fournisseur de contenu. Mais nous sommes bien plus que ça.

 

Quelles sont vos trois tâches principales?

 

Motiver, critiquer, vendre. Mais pas forcément dans cet ordre.

 

Vous êtes chargé des clients de l’industrie des médias, mais aussi des clients commerciaux. Sur lesquels vous concentrez-vous?

 

Je m’occupe des uns sans négliger les autres. Pour les clients de l’industrie des médias, nous ne voyons pas de grande croissance possible à plus ou moins long terme. Nous ne devons pas nous voiler la face. Mais ils sont et restent bien entendu d’importants clients. Nous allons étendre notre activité principalement dans le domaine commercial. J’y vois du potentiel. C’est ce domaine que nous voulons atteindre avec notre nouvelle gamme de produits. Nous sommes le plus grand fournisseur de contenu et avons beaucoup à offrir. 

 

Que peut offrir la nouvelle agence Keystone-ATS aux clients commerciaux?

 

La question devrait plutôt être: que ne pouvons-nous pas leur offrir? Pour faire simple: si vous avez besoin d’un contenu, peu importe sous quelle forme, vous êtes chez nous à la bonne adresse. Nous vous fournissons des textes, des photos, des graphiques et des vidéos et même des rapports annuels impeccables. Nous proposons également des prestations de services informatiques par le biais de notre plus grand actionnaire, APA (Austrian Press Agency): hosting, monitoring, de nouveaux outils pour accroître l’efficacité dans les rédactions, etc. Nous proposons sans aucun doute ce qui est demandé aujourd’hui.

 

Tamedia ne vous commande plus sa rubrique sport. Avez-vous d’autres clients dans ce domaine?

 

Il est évidemment regrettable que notre actionnaire ne se procure plus cette rubrique chez nous. Mais comme nous l’avons déjà évoqué auparavant, presque toutes les autres entreprises de médias, les autres sites en ligne et d’autres fournisseurs sont des clients de notre service de sport, en plus des associations sportives dont j’ai déjà parlé. Le sport est et reste une partie intégrante de cette «nouvelle» agence de presse – que ce soit avec ou sans Tamedia. The show must go on.

 

L’agence a-t-elle des caractéristiques uniques?

 

Oui. Connaissez-vous une autre agence qui est en mesure de fournir les prestations de services que nous proposons en trois langues et dans une excellente qualité? Sans compter que nous ne proposons pas «uniquement» du contenu, mais également des prestations de services informatiques, ce qui est assez unique.

 

Keystone-ATS fournit du contenu aux clients de l’industrie des médias. Peut-on également vous commander des contenus taillés sur mesure? 

 

Bien sûr. Notamment les clients commerciaux. Il n’y a rien d’impossible. Nous avons juste besoin d’un briefing et d’un budget avant de démarrer. 

 

Quelle est la différence entre le marketing radio/télé et la commercialisation de contenus pour une agence de presse?

 

Le domaine de l’information est bien plus complexe en matière de commercialisation. La commercialisation publicitaire classique se concentre exclusivement sur le rapport qualité-prix. Ici, nous avons des produits plus nombreux et plus vastes, un plus grand nombre de prestations de services et un plus grand besoin d’explication. Le prix est évidemment aussi le thème central. Heureusement, nous continuons aussi bien en interne qu’en externe à mener des entretiens sur la qualité, la liberté d’opinion et le journalisme indépendant et critique. C’est une bonne chose.

 

Où misez-vous sur les secteurs de croissance?

 

À vrai dire partout. Nous allons et devons continuer de croître notamment chez les clients commerciaux. Le Corporate Publishing sera un moteur. En tant que partenaire exclusif d’Associated Press en Suisse pour les photos et les vidéos, nous proposons en exclusivité les meilleurs produits de la plus grande agence de presse mondiale. C’est là que nous grandirons et que nous ressentons une grande demande. 

355857795 - Keystone-ATS / Peter Klaunzer
355857795 - Keystone-ATS / Peter Klaunzer

 

 

Différencier les informations et assurer leur pertinence – une agence de presse en est-elle capable?

 

Si une agence de presse n’en est pas capable, elle perd sa raison d’être. Notre rédaction sépare le bon grain de l’ivraie. Chaque jour. Nous trions les sujets, et nos collègues des rédactions les peaufinent ensuite. Nous avons de temps en temps une nouveauté ou une photo qui devient virale. Je me rappelle de la photo d’Alain Berset assis avec ses dossiers sur un trottoir de New York. Notre photographe Peter Klaunzer, qui l’a accompagné pendant un an, est l’auteur de ce cliché qui a été publié des millions de fois sur les réseaux sociaux. Nous avons également l’interview que Sven Schoch a menée avec Granit Xhaka et qui a attiré l’attention dans le cadre du scandale du geste de l’aigle albanais. Nous sommes toujours au fait de l’actualité.

 

Les graphiques animés et interactifs sont-ils à l’ordre du jour chez Keystone-ATS?

 

Bien sûr. Nos vidéos explicatives connaissent un grand succès dans ce domaine (par exemple celle sur le système des grands électeurs aux États-Unis) et nos graphiques explicatifs. Nous travaillons beaucoup pour les différents offices fédéraux. 

 

Comment est organisé le service des ventes chez Keystone-ATS?

 

Nous avons des équipes spécialisées pour les clients de l’industrie des médias, les clients commerciaux et le domaine du sport. Nous avons également un service de Corporate Productions qui fournit à nos clients des infographiques ou des vidéos explicatives. Ce service comprend également une équipe de design. Nous pouvons élaborer des rapports annuels, des livres ou par exemple un programme de matchs pour les associations sportives. Nous sommes donc à présent aussi une maison d’édition et élargissons rigoureusement notre chaîne de valeur.

 

Keystone-ATS construit un nouveau hub à Lausanne. Quelle importance revêt la Suisse romande pour les ventes?

 

Une grande importance. Nous investissons un grand nombre de ressources en Suisse romande. À tous les niveaux. Nous avons de nombreux clients importants sur place, que ce soit des clients de l’industrie des médias ou de l’industrie des montres et des textiles de luxe. De plus, la rédaction trilingue (nous produisons en italien, en français et en allemand) fait partie de l’ADN de cette entreprise.

 

Pourquoi travailler avec Keystone-ATS – quel en est l’avantage?

 

Une paix intérieure et la certitude que tout finit bien (rit). Sérieusement: parce que nous progressons dans tous les domaines. Nous modernisons et numérisons ce qui nous passe entre les mains et ce qui a du sens. Le client profite d’une gamme de produits encore meilleure. Textes, images, graphiques, vidéos, rapports annuels, hosting, photographie de commande, etc.: vous obtenez tout d’un seul fournisseur, à un prix raisonnable et dans une excellente qualité.

 

Dans le communiqué de presse, vous avez été qualifié de plus grand transfert de la ligue des champions. Avez-vous déjà marqué des buts? 

 

Je ne marque pas de but, nous le faisons en équipe. Nous devons rapidement conclure. La vitesse prévaut sur la sophistication. On reçoit des tacles de temps en temps. Mais nous ne chutons pas d’une manière aussi théâtrale que Neymar. Nous nous relevons et continuons. Il nous manque encore la finesse du club de Barcelone, mais nous nous battons pour le titre des champions dans la Super League. Sans aucun doute.

 

 

Interview: Matthias Ackeret pour «persönlich»